Actualités

Partager sur :

Céline Mornet, Productrice Innovation chez Moment Factory

30 juin 2022 Portraits
Vue 897 fois

Depuis près de 14 ans Céline Mornet, diplômée de la formation Concepteur Réalisateur Multimédia (promo 2006) vit et travaille au Canada. Elle est Directrice de l'innovation pour Moment Factory, le studio de divertissement multimédia numéro un dans le domaine le domaine l'événementiel innovant.

 

 

 

Vous avez été diplômée de la formation Concepteur Réalisateur Multimédia en 2006 (appelée aujourd’hui Design et Management de l'innovation interactive) pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

J’ai commencé par travailler dans le web à Annecy pendant deux ans pour renforcer mes compétences puis j’ai émigré à Montréal. J’ai commencé par travailler dans une agence de pub, puis une agence web, pour finalement me lancer à mon compte, en tant que développeur créatif Flash (oui oui…).

 

Je suis rapidement sortie du web pour me concentrer sur l’aspect expérimental, immersif, et j’ai travaillé pour des festivals d’arts numérique, de musique, des musées... J’ai découvert ainsi le potentiel des outils du web dans l’industrie du divertissement et des installations interactives. 


Puis je suis partie faire un long voyage au Chili, et quand je suis rentrée à Montréal, Flash était devenu obsolète et je n’avais plus beaucoup de contrats. Comme un signe du destin, c’est précisément durant cette semaine que j’ai reçu une offre d’emploi de Moment Factory en tant que Développeur d’applications multimédia.


A l'époque, l'équipe interactive était très réduite et concentrée sur l’innovation. Nos projets, majoritairement pré rendus et linéaires, se sont mis à inclure de plus en plus de composantes temps réel et/ou interactive, et l’équipe s’est mise à grandir vite.

 

De développeur multimédia je suis donc devenue designer interactif, concepteur, puis j’ai évolué vers le management, avec un poste de Productrice Innovation. J’ai participé à la croissance et à la construction de cette équipe qui est passée de 5 à 60 personnes en 5 ans.

 

 

 



En quoi consiste votre métier de Productrice Innovation ?

Ma mission a trois volets : développer les partenariats stratégiques d'innovation, gérer le développement de l’activité d’innovation interne, et accompagner les projets clients porteurs d’innovation. Sur les projets de nos clients, mon rôle est de travailler avec chacune des équipes pour comprendre quels sont leurs besoins et identifier quelle est la technique la plus pertinente pour leur projet. Je les amène également à utiliser de nouveaux processus et de nouveaux outils. 


En interne, je dois inciter les salariés à tester les dernières technologies à travers des workshop, des démos, des prototypes. Nous exposons nos innovations devant les équipes pour tester les expériences immersives sur un public avant de les proposer à nos clients, et valider ainsi la faisabilité, la pertinence et l'originalité des idées. 


Moment Factory n’a pas d’équipe dédiée à l’innovation, elle est répartie dans chaque secteur de l'entreprise, j’interviens donc de manière très transversale. 

 

 

 



Moment Factory en quelques mots ?

Chez Moment Factory, nous rassemblons les gens. Nos spectacles et nos destinations réinventent le divertissement en offrant au monde de nouvelles expériences. Que ce soit avec un concert, un magasin phare ou un espace urbain, notre objectif est d’insuffler un sentiment d’émerveillement collectif et de connexion.

 

Nous sommes à l’intersection de plusieurs industries. Nous pouvons concevoir aussi bien des concerts, des spectacles que des parcours en extérieurs, des événements…. Dernièrement nous avons travaillé sur la tournée de Billie Eilish, nous avons fait le set design, l’éclairage, la production de contenu, le contenu temps réel, le pré-rendu. 


Nous concevons entre autre des parcours immersifs appelés les Lumina (au Canada, en France, au Japon et à Singapour). Les visiteurs sont invités à déambuler dans un parcours nocturne immersif, utilisant scénographie, son, lumière, projections…. Nous sommes complètement sortis de l’écran pour exploser l’interface dans le monde réel en rendant les surfaces tactiles, en détectant les corps et objets en mouvement dans l’espace afin de faire vivre les visuels en fonction de la présence des utilisateurs.


Nous réalisons aussi beaucoup de mapping vidéo sur des monuments, des surfaces complexes, comme dernièrement en France sur la cathédrale Notre-Dame de Reims et à la basilique Saint-Remi. 


Enfin, nous créons beaucoup de jeux interactifs, encore une fois en sortant de l'écran, avec par exemple nos jeux augmentés dans lesquels les utilisateurs doivent bouger leur corps entier pour contrôler les éléments. Il n’y a pas de manettes, pas d’écrans, pas de claviers, le joueur est en temps réel avec le contenu. 

 

A Moment Factory, chaque projet est différent, la demande n’est jamais la même. C’est la beauté de notre job, mais aussi son défi principal.

 

 

 



Pourquoi avez-vous choisi de partir vivre et travailler au Canada ?

Après 4 ans à Annecy j’avais un fait un peu le tour de ce que je pouvais faire dans le web et je voulais découvrir autre chose. A l’époque, les PVT permettaient une immigration facile. J’ai émigré avec mon compagnon de l’époque, également un ancien de Gobelins. En arrivant nous avons eu énormément d'opportunités d’emploi, nous avions des réponses positives partout, à tel point que c’est nous qui choisissons où on voulait travailler.

 

La mentalité professionnelle n’est pas du tout la même au Canada. Les entreprises s'intéressent davantage aux compétences qu’aux diplômes.  A partir du moment où tu es compétent et fiable ton réseau professionnel se crée très vite. Les carrières évoluent beaucoup plus rapidement et le rapport à la hiérarchie est beaucoup plus amical. 

 

J’ai eu un gros coup de cœur pour la mentalité de Montréal donc 14 ans plus tard, je suis toujours là et ceux avec qui je suis venue aussi. Le Québec, mis à part l’hiver, c’est merveilleux

 

 

 



En quoi la formation vous a-t-elle été utile dans votre travail ?

Quand j’ai rejoint Moment Factory, toute ma formation a pris son sens, je suis allée chercher les dossiers de conception et de design que j’avais fait à l’école. J'ai regardé la structure et le type d'informations qu’on devait renseigner et c’était exactement ce que l’on me demandait en entreprise.

 

Pour moi la formation de Gobelins a vraiment vocation à former des professionnels de l’industrie du divertissement multimédia. L’immersion multimédia s’est énormément développée ces dernières années avec l'apparition de grandes salles immersives comme l’atelier des Lumières. J’encourage les étudiants à démarcher ces entreprises là pour faire leur alternance et à ne pas se cantonner uniquement au web.  

 

La formation me sert toujours aussi beaucoup pour la veille technologique, et la gestion de l’innovation. L’école nous poussait toujours à aller chercher les concepts innovants, à regarder les derniers sites, les dernières technologies. C’est une habitude que j’ai gardé.

 

 

 

©Moment Factory - Concert de Billie Eilish 
©Moment Factory - Oceana Lumina, Arsenal de Rochefort 

©Moment Factory - Concert de Billie Eilish 

©Moment Factory - Oceana Lumina, Arsenal de Rochefort 



Le réseau Gobelins c’est important pour vous ?

Les réalisateurs qui dirigent créativement les projets viennent principalement du cinéma ou de la production linéaire et ne comprennent pas nécessairement la technologie et le temps réel. Quand je regarde les profils que nous recherchons aujourd'hui, il me semble que la formation de Gobelins dispense toutes les compétences nécessaires pour incarner ce rôle de réalisateur multimédia. C’est pour cela que j’essaie de favoriser un rapprochement entre Moment Factory et l’école, c’est un écosystème parfait, nous avons déjà beaucoup d’anciens qui passent par chez nous.  


D’autant plus qu’à Montréal, les formations multimédia sont de moins bonne qualité donc nous allons très souvent chercher des développeurs d'engins de jeux ou des développeurs créatifs en France. On voit vraiment la différence de formation. Les jeunes designers interactifs qui sortent de Gobelins sont fantastiques, c'est très important de garder ce réseau. 


A Montréal nous sommes une grande communauté et nous avons mis en place depuis une dizaine d'années des apéros Gobelins annuels pour échanger nos bons plans, opportunités d’emploi, pour accueillir les nouveaux. Nous sommes plusieurs à occuper des postes de direction dans la pub, le web, le jeu vidéo et à Moment Factory. Les anciens passent souvent dans chacune de nos entreprises. Le réseau Gobelins est bien en place à Montréal.

 

 

 



Quels conseils donneriez-vous à un ou une jeune diplômé.e qui souhaite partir travailler à l’étranger en particulier au Canada?

Le Canada favorise toujours beaucoup l’immigration sélective. Le marché de l’interactif est en pleine expansion et encore plus en demande de compétences technologiques après la crise sanitaire.

 

Venez découvrir le Québec ne serait-ce que pour un an, c’est facile et on a besoin de vous

 

 

 

 

 

 

Interview par Sophie Jean




3
J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité