Actualités

Crédit: "No reality now" ©FlorianSalabert
Partager sur :

Entretien croisé avec l’équipe de "No reality now", un spectacle de Vincent Dupont et Charles Ayats

20 novembre 2023 Actus des anciens
Vue 379 fois

Diplômé du Mastère Spécialisé Designer d'expérience interactive et ludique  - Cnam-Enjmin / GOBELINS Paris en en 2012, Charles Ayats est designer d’expériences immersives. Il a co-créé le spectacle “No reality now” avec le chorégraphe Vincent Dupont 

 

Trois autres anciens de la formation IDE ont également travaillé sur ce projet : Raphaël Chenais (promo 2023) en tant qu’assistant de production pour Dark Euphoria, Pierre Didier (promo 2021) en tant que tech artiste et directeur artistique et Sofiane Tihdaini (promo 2022) en tant que développeur réseaux. 

 

Cette œuvre hybride qui mêle réalité virtuelle et danse contemporaine est programmée le mercredi 28 novembre 2023 au Centre des Arts à Enghien-Les-Bains dans le cadre de La Némo-biennale internationale des arts numériques de la région Ile-de-France. Le spectacle sera également à l’affiche du CND de Pantin le 1er et le 2 décembre 2023

 

Produit par Dark Euphoria et la compagnie J'y Pense Souvent, "No reality now" propose un dispositif de réalité virtuelle pensé pour 100 spectateurs.  

 

Véritable double lecture, cette expérience immersive réactive « Souffles » une des pièces précédentes de Vincent Dupont datant de 2010 en proposant aux spectateurs deux versions simultanées (virtuelle et réelle) entre lesquelles naviguer.

 

Les spectateurs sont donc invités à vivre une expérience parallèle associant corps en présence et doubles numériques en 3D, grâce à un casque VR qu’ils peuvent mettre ou enlever comme bon leur semble.  

 

Le spectacle convie ainsi les spectateurs à un mystérieux rituel funéraire fait d’apparition et de disparitions.  

 

 

 



Comment avez-vous eu cette idée de mêler VR et danse ? 
 

Charles Ayats : J’ai rencontré Vincent Dupont lors de la 1ère édition du dispositif CHIMÈRES initié par le Ministère de la Culture, en juin 2018. Cette résidence rassemblait des profils variés : metteur.euses en scène, romancier.ères, game designer, designer, scénographe, chorégraphe, etc… 

 

Nous devions imaginer des scénographies immersives multi-spectateurs. Cet exercice est assez complexe, les dispositifs de réalité virtuelle étant capricieux lorsque le nombre de participants augmente. Un premier concept de déambulation “roomscale” dénommé “Virtuelles réalités” a pris forme et séduit le jury lors de cette résidence.  

 

 

 

"No relality now" ©Marc Domage

"No relality now" ©Marc Domage



Comment avez-vous réussi à lier les versions physiques et numériques du spectacle ? 
 

Charles Ayats : Nous avons participé à plusieurs résidences d’écriture pour affiner la proposition. C’est en regardant “Souffles”, l’un des premiers spectacles de Vincent que nos idées se sont cristallisées. Le spectacle parlait de rituel, d’au-delà, d'invisible, il flirtait déjà avec une sorte de questionnement sur la réalité. 

 

 

 

Pouvez-vous nous détailler vos rôles et missions respectives sur ce projet ?   

Charles Ayats : Je suis le co-créateur du spectacle “No reality now” avec le chorégraphe Vincent Dupont. J’ai imaginé la mise en scène couplée au dispositif et assuré une partie de la direction de création. 

 

Pierre Didier :  En que tech-artist superviseur motion capture de l'expérience virtuelle, j’ai réalisé les effets spéciaux, l'éclairage et le montage.  

 

Sofiane Tihdaini : J’ai développé le dispositif réseau, l’application Unity et les outils annexes permettant notamment de paramétrer les différentes salles de représentation. 

 

Raphaël Chenais : Je suis chargé de production déléguée sur le projet depuis novembre 2022. Je mets en œuvre les moyens nécessaires pour assurer le bon déroulement de la production exécutive (assurée entre autres par Pierre et Sofiane). Je m’occupe des demandes et des suivis de financements, de la coordination entre les partenaires (lieux/compagnie/studio), je prends contact avec les prestataires, je commande le matériel et j’assure le suivi budgétaire.

 

 

 

"No reality now" ©Pierre Catan

"No reality now" ©Pierre Cattan



Quels ont été les éventuels défis techniques que vous avez rencontré lors de la création du spectacle ? 
 

Charles Ayats : la première phase de prototypage a été laborieuse car elle reposait en grande partie sur de la R&D. Plusieurs échecs nous ont fait douter. Nous avons été trop naïf vis-à-vis de la stabilité de certaines technologiques, en particulier la motion capture live que nous avons dû abandonner.  

 

Pierre Didier :  Le principal challenge en tant que tech-artist est de garantir une cohérence et une qualité visuel tout en respectant l'optimisation et les performances de l'expérience. Les téléphones sur lesquels nous diffusons l'expérience sont relativement faibles en termes de puissance graphique, j’ai dû adapter les designs en conséquence.   

 

Sofiane Tihdaini:  Faire fonctionner 120 casques en synchronisation parfaite avec l’action qui se déroule sur le plateau a été un vrai défi et a nécessité beaucoup de réflexion et d’itérations.  Produire des exécutables embarquant les dernières modifications (sans casser ce qui fonctionnait déjà) pendant les résidences de travail avec les danseurs et chorégraphes était également un exercice complexe.  

 

 

 

 "No reality now" ©DA Florian Salabert

 "No reality now" ©DA Florian Salabert



Comment fonctionne le système de régie XR live ?  
 

Pierre Didier : La régie XR live est composée d’une console midi connectée à l’expérience virtuelle. Anastasia, notre régisseuse, peut contrôler la vitesse de lecture des animations, changer les chapitres ou encore déclencher divers effets visuels préalablement réalisés dans Unity.  

 

Sofiane Tihdaini: Les effets spéciaux que Pierre a développés sont rattachés à des boutons sur la console de régie de façon à ce que le/la régisseureuse puisse lancer un effet (par exemple une onde de choc) précisément au moment où l'un des danseurs frappe un élément du décor.  La régie est paramétrée de la même façon qu’une régie lumière, les effets spéciaux peuvent être changés en fonction de l’action effectuée par les comédiens sur scène.  

 

 

 

"No reality now" ©DA Florian Salabert 

"No reality now" ©DA Florian Salabert 



Que retenez-vous de cette expérience ?  
 

Raphaël Chenais : Le mélange spectacle vivant / expérience numérique, est un processus encore peu exploré, c’était une expérience très intéressante. J’ai également beaucoup appris sur les nouveaux usages des spectateurs et leur rapport à cette technologie dans le cadre du spectacle vivant.  
 

Charles Ayats : Cette typologie de projet est un processus long. Il faut être endurant et savoir faire preuve de souplesse face aux impasses. Nous défrichons des espaces scéniques et artistiques encore peu pratiqués, ce qui ajoute de la complexité. Le travail collaboratif et les “soft skills” sont indispensables. C’est l’ensemble des compétences transverses qui permet au projet d’aboutir. 

 

Pierre Didier : La rencontre des arts vivants et de la technologie a été vraiment enrichissante et challengente. Les méthodes de travail de ces deux univers sont antinomiques, l’un est souple et flexible tandis que l’autre est relativement rigide et technique. Pourtant ils ne sont pas inconciliables, il suffit d’apprendre à dialoguer ! 

 

Sofiane Tihdaini : C’était mon premier contact avec le monde du spectacle vivant et j’ai trouvé l’expérience très galvanisante. Ce projet s’inscrit le spectacle dans une nouvelle direction qui semble assez évidente une fois qu’on en a fait l’expérience.  

 

 

 

Avez-vous envie de réitérer cette expérience avec d’autres chorégraphes ou avec d’autres formes de spectacle vivant comme le théâtre ou le cirque par exemple ?  

Raphaël Chenais : Oui, c’est l’objectif du dispositif “Scène Augmentée” qui peut être appliqué à d’autres spectacles vivants. Je suis curieux de voir comment les différents artistes peuvent faire émerger des usages nouveaux de ces technologies. 
 

Charles Ayats : J’adorerais travailler avec le milieu des circassiens.  

 

Pierre Didier : J’ai complètement envie de retenter l’expérience ! Peu importe le sujet, le spectacle vivant reste un terrain de jeu intéressant dans sa globalité 

 

Sofiane Tihdaini  : J’adorerais travailler sur des projets de scénographies virtuelles pour des concerts.  

 

 

 

Making of - Small Bang


Vous êtes tous les 4 diplômés de GOBELINS, avez-vous l’habitude de travailler ensemble ou était-ce votre premier projet en commun ?
 

Raphaël Chenais : Pour ma part, c’est le premier projet, et probablement pas le dernier ! Il nous arrive aussi avec Charles d’animer ponctuellement un workshop d’acculturation et d’idéation “XR et Spectacle Vivant” à destination des acteurs du spectacle vivant.  

 

Charles Ayats : "No Reality Now" est le 3eme projet sur lequel je collabore avec Small Creative, le studio de création dans lequel travaillent en ce moment Pierre et Sofiane. Ils savent recruter les meilleurs ! Ce serait un plaisir de retravailler avec eux. 

 

Pierre Didier : J’avais déjà eu l’occasion de travailler avec Sofiane chez Small mais c'était ma première collaboration avec Raphaël et Charles.  

 

Sofiane Tihdaini : C’est mon premier projet avec Raphaël et Charles mais j’ai eu la chance de pouvoir travailler avec Pierre sur "The Roaming", un autre projet du studio Small Creative. C’était super de travailler avec Charles, Raphaël et Pierre, d’autant plus qu’on est chacun d’une promo différente : c’est chouette de voir qu’à travers les générations cette formation regroupe des gens talentueux !

 

 

 

Informations pratiques : 

Représentations au Théâtre des Arts d'Enghien-les-Bains : 

mardi 28 novembre 2023 : 15h et 20h30

Centre des arts - 12-16 Rue de la Libération - 95880 Enghien-les-Bains

 

Représentations au CDN de Pantin : 

vendredi 1er décembre : 20h

samedi 2 décembre : 15h30 et 20h

Centre National de la Danse - 1 Rue Victor Hugo - 93500 Pantin 

 

 

 

Interview par Sophie Jean




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une actualité